cristina ortega
 

EXPERT ART d'ASIE Cristina ORTEGA Expert CEFA CNES arts de la Chine et du Japon Asian Art

Art chinois porcelaine de Chine Chine Japon Porcelaine de Chine Compagnie des Indes ivoire Okimono Imari satsuma Carré Rive gauche paris Expert CEFA et CNES

 
 


 
 
 
 
 
 
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.

Cliquez sur la photo pour zoomer

VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.
 

VENDU/SOLD Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.


Référence : 46511


Japon, Inro par Shunposai Setsuzan, anc. Coll. Gonse, époque Edo vers 1800.

Inro à quatre cases,  signé par Shunposai Setsuzan, décoré en togidashi d'or et laque noire Roiro pour le fond en en léger relief pour les renards, décrivant en l'évoquant par un jeu d'ombres, la légende Kitsune no yomeiri, la procession du mariage des renards pendant laquelle ils portent des lanternes en laque rouge dans un sous bois.

Au dos, un renard porte un palanquin.

La scène,  grâce à l'utilisation de laque en très bas relief ton sur ton ne peut être vue qu'avec une forte lumière.

L'intérieur est en laque Nashiji, les bases des compartiments  sont en laque fundame.

Ancienne collection Gonse.

Hauteur: 8,7  cm

Dans plusieurs régions du Japon, le mariage des renards fait partie du folklore sous diverses formes tant théâtrales que littéraire. Les renards, associés à la divinité Shintoïste de Inari, le dieu du riz, sont réputés avoir des pouvoirs magiques et jouer des tours. Une des interprétations de Kitsune no Yomeiri consiste à expliquer  les lucioles comme étant des lanternes portées par des renards pour un mariage. En effet, au Japon, les mariages se déroulaient souvent la nuit et la mariée était escortée par une parade de lanternes. Bien  sur, lorqu'on s'approchait de la forêt, pas de procession. On pensait alors qu'il s'agissait d'un tour joué par les renards.

 

 

A four case inro, signed Shunposai Setsuzan, Gonse coll.,  late Edo period, circa 1800

decorated in gold togidashi on a black roiro ground and low relief,  faintly depicting a scene from the Japanese folklore Kitsune no yomeiri, the wedding procession of foxes holding red lacquer lanterns in a woodland.

On the back, a fox is carrying a Palenquin.

The fox wedding procession is depicted on very low relief on the surface of the lacquer so that it can be seen only playing with light.

Nashiji interiors and risers, fundame rims.

Formerly in Th L Gonse collection.

8.7 long

In various parts of Japan the foxes wedding folklore, Kitsune no yomeiri, is recounted in literature and re-enacted or performed in rituals or festivals. Foxes are popular creatures in Japan, being seen as intelligent shape-shifters and tricksters who posses magical powers and are regarded as spiritual entities (they are associated with Inari the Shinto deity for rice). There are different interpretations or associations of kitsune no yomeiri, one relating to mysterious lights seen in the forest at night which were thought to be the paper lanterns carried in wedding processions, traditional Japanese weddings were often held at night and the bride would be escorted with a parade of lanterns, and as these mysterious lights would vanish when approached it was thought to be a trick played

 


Prix : -